Vague de coupures chez Lexis Média

Dernière mise à jour

Francois Munger
Suivez-moi
Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

L’entreprise Lexis Média, propriétaire des journaux le Citoyen dans l’ensemble de l’Abitibi-Témiscamingue a procédé hier à la mise à pied temporaire de ses journalistes partout en région. Le personnel administratif et de la division publicitaire aurait également été touchée par cette mesure qui serait liée à la crise de la COVID-19 selon les messages transmis aux employés.

«En période de crise, où l’accès à l’information est primordiale, il est inconcevable de voir un média local comme Le Citoyen procéder à ces mises à pied. L’information est un service essentiel à la population», a indiqué le président du Syndicat, Thierry de Noncourt.

Dans un message publié lundi par le journaliste Jean-François Vachon sur Facebook, on apprend que seulement quatre cadres demeureraient en poste actuellement pour assurer l’information en région. Monsieur Vachon avait fait les frais de la première vague de coupures faite par l’entreprise en début de semaine.

«Nous avons besoin d’une aide d’urgence pour maintenir ses emplois durant la crise, à un moment où relayer des informations fiables et vérifiées est plus important que jamais», a mentionné le vice-président du syndicat Jean-François Vachon.

On ignore pour le moment combien de temps doivent durer les mises à pied. En début de semaine, la partie patronale avait fait état à ses employés vivre la chute des revenus publicitaires en lien avec la crise de la COVID-19.

«Nous sommes conscients que cette baisse est normale en tant de crise comme celle-ci. C’est pourquoi il faut que les deux paliers de gouvernement réagissent, soit en versant plus rapidement les crédits d’impôts réservés à la presse écrite, soit par l’achat de publicité dans les hebdos locaux afin d’informer la population», a soutenu M. de Noncourt.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, a invité le gouvernement a faire en sorte que les médias régionaux puissent être mieux soutenus.

« J’invite le gouvernement de la CAQ à mettre en place rapidement des mesures pour aider nos médias régionaux à passer à traverser cette crise. Même si le gouvernement achète déjà de l’espace publicitaire sur ces plateformes, il faut accélérer le rythme et s’assurer que tous les journaux locaux sans exception bénéficient de ces revenus publicitaires. C’est un moyen simple et efficace de renflouer leurs coffres à court-terme et de leur permettre de souffler un peu », plaide la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue

Lors de son point de presse quotidien, le Premier ministre, François Legault, a ouvert la porte à une aide. Des options seraient analysées pour assurer que les médias puissent poursuivre leur travail essentiel surtout en temps de crise.

Lexis Média aurait procédé à des coupures semblables dans d’autres région du Québec. Pour le moment, l’entreprise n’a pas retourné nos courriel.