Visite du directeur québécois d’Unifor en région

renaud gagné

Le directeur québécois d’Unifor, monsieur Renaud Gagné, est arrivé le 14 mars pour sa tournée régionale annuelle.

En virtuel depuis deux ans, elle a pu reprendre grâce aux assouplissements sanitaires. Monsieur Gagné peut ainsi parler directement à ses membres, qui peuvent poser leurs questions plus facilement.

Le renouvellement de la convention collective est en branle, notamment dans le secteur de la foresterie. Un conférence aura lieu les 23, 24 et 25 mars pour présenter les 26 résolutions envoyées par des membres du Québec et de l’Ontario. Ces dernières concernent la durée de la nouvelle convention, les primes, les vacances et les congés, les assurances, les avantages sociaux, les retraites et les augmentations de salaires. Une compagnie-cible devra également être choisie durant cette période.

Les négociations locales pourront alors commencer. Ces dernières concernent notamment le temps supplémentaire, les promotions, les horaires de travail ainsi que les vacances. Ces discussions seront votées, ce qui permet au syndicat de fonctionner démocratiquement.

D’autres sujets sont aussi sur la table durant cette tournée régionale, notamment le redémarrage de la papetière de Lebel-sur-Quévillon après 12 ans d’inactivité. La fermeture de l’usine résolu à Amos est également un sujet abordé. Monsieur Gagné espère pouvoir redémarrer l’usine, mais souligne qu’il est difficile de communiquer avec Résolu.

L’environnement et la sauvegarde des espèces menacées est par ailleurs un grand défi pour l’industrie. Par exemple, la protection du caribou en région peut y limiter l’exploitation forestière. Monsieur Gagné souligne qu’il ne pense pas qu’augmenter le territoire de ces derniers soit la meilleure avenue pour sauver l’espèce. Il croit que davantage d’études seraient nécessaires pour déterminer les causes exactes de la diminution du nombre de caribous dans une zone donnée.

Le directeur québécois d’Unifor termine en rappelant l’importance de l’industrie et les défis des deux dernières années :

« On est en déconfinement, il faut être fiers de la réalisation qu’on a faite, On a réussi à opérer contre vents et marées dans cette pandémie-là. Il faut continuer d’être prudents. […] Le secteur de la forêt, de mon point de vue, ça demeure un secteur d’avenir parce que c’est une ressource renouvelable contrairement à une mine. […] La forêt va toujours être là. »

Dernière modification le 14 mars 2022 16:43