Vendredi, 1er mars 2024

Épisode 193 | Roe V. Wade : Le grand retour en arrière

Épisode 193 | Roe V. Wade : Le grand retour en arrière
Épisode 193 • Présenté par SLTDH

Nous revenons sur la bombe médiatique du 3 mai où nous avons appris que la Cour Suprême des États-Unis se préparerait à annuler l'arrêt Roe V. Wade sur le droit à l'avortement de 1973. Nous en discutons avec Anne Marie Tapp et Louis-Paul Willis. Bonne écoute!


Merci à nos partenaires!

Constructions Rivard - https://www.constructionsrivard.com/

Devenez membre Patreon en vous rendant au https://www.patreon.com/sltdh et profitez de dizaines d'heures de contenu exclusif!

Procurez-vous votre marchandise aux couleurs de SLTDH en vous rendant au https://www.teepublic.com/user/sltdh?fbclid=IwAR2iZT54ghl6ziSCVoWc8Jy0eWnRLRRuz-KE1hFqh8nIG562O8rTpzO1o1g

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UC2y8ecp5-KYF6y51rqi6hlQ

Une présentation des Éditions Dernier Mot: https://editionsderniermot.com/

D'autres épisodes du même balado
D'autres balados qui pourraient vous plaire

Podcast Minier

56 épisodes

Bienvenue au Podcast Minier, c'est ici que nous allons apprendre à connaître les acteurs du milieu et discuter entre autres des divers enjeux auxquels ils font face. Ce que vous allez découvrir : la passion des gens de l'industrie minière.

Quand la sexualité blesse

13 épisodes

«Quand la sexualité blesse» est un podcast où la problématique des violences à caractère sexuel est abordée sans tabou et sans filtre. Sous une analyse féministe et dans un vocabulaire accessible, les intervenantes du Calacs-Abitibi discutent avec des invitées des impacts de l’hypersexualisation, de la pornographie et de la culture du viol, mais aussi des différentes pistes de solution pour pouvoir vivre une sexualité saine et empreinte de respect et d’égalité.

Appropriation Culturelle - Le Podcast

212 épisodes

Mathieu Proulx, Pierre-Marc Langevin et Benoit St-Pierre donnent le micro aux personnalités qui marquent la culture de l'Abitibi-Témiscamingue. Ici, l'appropriation culturelle doit être vu au 1er degré. On s'approprie NOTRE culture avec un grand C.